Le parfum ou comment emporter son odeur avec soi

dsc_0654
Savon « Le Jardin de Monsieur Li » – Hermès

Signature olfactive. Le mot est partout. Des boutiques aux transports en commun, chacun distille son odeur. Souvent, en ville, c’est pour notre plus grand plaisir (tout vaut mieux que celle, « naturelle », des pots d’échappement) tandis qu’en voyage, le parfum libéré dans les couloirs des hôtels fait maintenant partie du décor. Au Plaza Athénée, à Paris, par exemple, c’est un ambré léger qui vous donne envie de vous poser là, sur la moquette, et de rester y lire au milieu des effluves réconfortantes.

Mais une fois en chambre, on peut être dérangé par l’odeur des lieux, à cause du passage, de l’aération, de la clim ou encore de sa neutralité qui nous laisse un peu perdu. Je vous propose donc, aujourd’hui mes tips parfums pour me sentir partout, comme chez moi.

dsc_0661
Eau de toilette – Bonpoint

. Le 2 en 1 : Les jolis savons d’Hermès avec leurs boites à collectionner. On retrouve les parfums que l’on aime porter (le Jardin de Monsieur Li est la seule infidélité que je fais à For Her que je porte depuis 13 ans) ainsi que celui du savon, typique. L’idéal : le caler dans son sac  de week-end au milieu des vêtements car il diffuse sa fraicheur à grande échelle et est, en plus, le galet parfait à utiliser pour la douche. Bilan : vos vêtements sentent délicieusement bon, vous aussi et cette odeur s’imprimera parmi les souvenirs de votre séjour, vous donnant la possibilité d’y replonger à tout moment.

. Le Classique : Avez-vous déjà mis les pieds dans une boutique Bonpoint? Oui?! Alors vous voyez ce dont je parle.
Pour les autres, courez faire le test!!!

L’idée, ici, est simplement de parfumer chacun des vêtement que vous mettez dans votre valise. À l’ouverture, la douce essence envahira votre chambre et vos vêtements garderont l’empreinte de la célèbre Eau de Toilette tout au long de vos vacances sans pour autant vous empêcher de vous parfumer avec votre parfum habituel, si vous le souhaitez. En plus, l’existence d’un petit format, 50 ml, fait qu’on peut l’emporter absolument partout. On n’a rien inventer de plus délicieux!

dipt-buly
Parfum d’intérieur « Fleur d’Oranger », Diptyque / Pot Pourri Universel – Buly

. Le complet : La solution à emporter à New York, Tokyo ou dans n’importe quel Airbnb. Parce que certaines mégalopoles vous offrent des chambres avec des vues à couper le souple mais aucune fenêtre à ouvrir en grand  ou parce qu’on atterrit parfois dans l’appart génial d’une famille qui a fait cuire des oeufs avant de quitter les lieux!

Diptyque possède une gamme de parfums d’intérieurs complète et délicate dans laquelle vous retrouverez leurs célèbres fruités (Figuier, Baies), mais aussi les floraux, herbacés, boisés, qui font la réputation de la marque. De mon côté, j’ai opté pour la Fleur d’Oranger mais j’adore leur Verveine et leur Mimosa.
Les essences sont puissantes et vous permettent de vous approprier les lieux en quelques instants. J’aime aussi qu’ils soient utilisables directement sur les tissus et permettent ainsi de parfumer un lit ou une armoire.

dsc_0675
Pot Pourri Universel – Buly

.Le naturel : À la manière des sachets de lavande que nos grands-mères disséminaient dans les tiroirs des commodes, le Pot Pourri Universel de Buly est l’ami idéal des bagages cabines.
Passez à la boutique de la rue Bonaparte et composez votre fragrance avec l’aide de l’une des vendeuses. Plongez dans les dizaines de bocaux et découvrez des senteurs que vous ne faisiez qu’imaginer jusqu’ici. Fève tonka, feuilles de patchouli, boutons de roses, benjoin, myrte (un rêve), feuilles de géranium…
J’aime que l’on puisse repartir avec sa recette calligraphiée et que le prix (au poids) puisse vous emmener d’une quinzaine d’euros à, une folie, en fonction de la préciosité des matières.
Si vous ne partez pas dans l’immédiat, c’est aussi une idée géniale et naturelle pour parfumer l’habitacle d’une voiture ou votre sac de sport.

bonpoint
Bougie – Bonpoint

L’éternel : Inès de la Fressange nous disait dans l’interview qu’elle m’avait accordée dans le second numéro du magazine Travel Jam qu’elle ne voyageait jamais sans une bougie. J’y ai repensé par la suite et cela reste, effectivement, l’un des moyens les plus simples de marquer son territoire, en douceur, lorsque l’on n’est pas chez soi.
Facile à transporter lorsque l’on est limité en terme de contenus liquides, la bougie libère ses effluves, en continu et « réchauffe » n’importe quelle chambre d’hôtel un peu trop « business ». Là encore, Bonpoint se pose en maître avec son édition de fin d’année parsemée de doré.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *