The Alpina Gstaad

alpi1

Il parait que la neige c’est galère! En France, les alertes météo mettent tout le monde en vrac et les quelques centimètres sur les routes Parisiennes, ce matin, ont créé des embouteillages monstres.

Il y a des endroits où on savoure la poudreuse qui tombe par tonnes et où l’ambiance n’est pas au stress mais à la féérie. Nous revoici à Gstaad, sur la terrasse de notre chambre de l’hôtel The Alpina!

Si vous me lisez ici ou avez eu l’occasion de vous procurer le magazine Travel Jam, vous devez savoir que j’aime d’amour ce village découvert il y a 4 ans maintenant. Ma dernière visite a été l’occasion de séjourner à l’hôtel qui avait à peine quelques mois, de voir enfin de mes yeux l’aboutissement de ce projet dont tout l’univers du Voyage parlait. Gstaad donnait naissance à un nouveau palace, le premier construit en un siècle, les autres établissements de la station faisant partie de la Grande Histoire. Un hôtel qui venait changer la face de cet endroit mythique, en se dressant, majestueux et imposant, dans les hauteurs, devenant ainsi le premier édifice visible par les voyageurs lors de leur arrivée.

alpi2alpi4alpi3text

Interprétation contemporaine de l’architecture suisse traditionnelle, mêlant style alpin et matériaux locaux authentiques, l’hôtel met en scène des blocs de calcaire de Ringgenberg taillés à la main qui habillent l’entrée et le rez-de-chaussée, le bois de sapin patiné par les ans et récupéré dans des fermes des environs, décorant la façade et parant les murs des parties communes, ou encore l’ardoise naturelle qui recouvre le toit à pignon… Le parti pris est simple : faire rimer authenticité et raffinement.

Dans les chambres, le bois chaud, le cachemire et le cuir vous enveloppent. La cheminée au gaz s’allume en un instant, les lampes « cloches à vaches » sont un fabuleux clin d’oeil et le mini bar se cache dans une armoire d’époque restaurée. Le luxe se niche avec subtilité dans chaque détail (regardez moi ce panier à bûches!!!). Et la vue… Côté vallée, elle est presque irréelle.

alpi6alpi6aalpi7textalpi8alpi9

Les espaces communs laissent davantage de place au design. Des oeuvres contemporaines sont présentes partout dans l’hôtel, le grand escalier menant au lobby, baigné de lumière, a beaucoup fait parler de lui et le spa Six Sens, lieu minéral d’inspiration asiatique, vous transporte réellement ailleurs.
Côté restauration, quel plaisir de découvrir Megu. Le fameux restaurant japonais né à New York a ouvert ici son unique enseigne européenne. La cuisine est à la hauteur de la réputation du lieu et côté ambiance, le soir, on y croise les élèves du Rosey, célèbre école privée installée là durant la saison d’hiver, faune joyeuse et insouciante qui vous plonge au coeur d’un épisode de Gossip Girl ;)!
Il est possible de se régaler de spécialités suisses au Swiss Stübli, de savourer la cuisine étoilée du Chef Marcus G Linder, au Sommet ou encore, du 17 au 22 février, de profiter de la présence du Harry’s Bar de Londres qui s’installe exceptionnellement pour quelques jours. De mon côté, je préfère trainer au Lounge & Bar où l’on profite de la terrasse et de la vue. La cuisine y est simple et fraîche (ci-dessus, le tartare servi à Naïm en portion « kids »). On y sert notamment, ce que je viens chercher à Gstaad, en plus des descentes en luge familiales complètement dingues : la meringue Suisse, double crème de gruyère et ses fruits rouges… Tout un poème.

Informations : www.thealpinagstaad.ch